CM1-CM2 (4 - 5ème)

Une étude sur la Provence d’antan ✒ Pagnol, Daudet, Arène et Mistral

“Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban
couronné de chèvres, 
au temps des derniers chevriers.”
La Gloire de mon père, Marcel Pagnol

Je dédie cette étude sur la Provence d’antan à ma grand-mère paternelle qui m’emmenait presque chaque matin de mes vacances estivales au marché sur le Cours Louis Blanc à La-Seyne-sur-mer acheter olives, figatelli, pêches, pommes d’amour et fromage de chèvre, et qui m’a appris à cuisiner les petits farçis et la soupe au pistou qu’elle savait si bien faire.

Choisir ce sujet c’est d’abord permettre aux enfants d’aller à la rencontre d’une partie de leur histoire. Vous l’avez compris en introduction, ma famille paternelle est d’origine provençale, de plus papa Crapaud Chameau est né à Aubagne et y a grandi jusqu’à ses six ans. Étudier la Provence d’antan, c’est aussi admirer la beauté de paysages pittoresques, s’imprégner de descriptions tantôt naïves, tantôt poétiques la vie de nos ancêtres ; de l’authentique comme dirait le bossu dans Jean de Florette. C’est finalement entretenir un patrimoine précieux et rendre l’Histoire vivante, celle qui marque, celle qui aide à se construire dans un monde de plus en plus uniformisé aux traditions parfois oubliées.

 

Lectures offertes et lecture autonome
Cahier des histoires à raconter

Condensée en un article, l’étude sur la Provence d’antan paraîtra dense, à tort puisque que nous l’avons débutée au milieu de l’été et l’avons terminée à Noël, ou devrais-je dire à la Noël. Vous connaissez notre mode de fonctionnement : je lis les histoires à voix haute, le Chameau doit trouver un titre pour chaque chapitre qu’elle note dans son cahier des histoires à raconter.  Je me suis régalée à y mettre l’accent ensoleillé de mon père et à rouler les “r” de l’oncle Jules de Marcel, et même il me fallait faire attention à ne pas garder l’accent le reste du jour. Jean-des-Figues a fait l’objet d’une lecture autonome avec titres à trouver, et on a inversé pour l’extrait de Mireille : c’est le Chameau qui lisait la traduction à voix haute.

Marcel Pagnol, 3 premiers tomes de Souvenirs d’enfance

  • La Gloire de mon père
  • Le Château de ma mère, jusqu’aux deux derniers chapitres
  • Le Temps des secrets
  • Le Château de ma mère, les deux derniers chapitres

Alphonse Daudet (et Paul Arène)

  • Lettres de mon moulin, sélection :

Installation – Le Secret de maître Cornille – La Chèvre de M. Seguin – Les Étoiles – La Mule du pape – Le Curé de Cucugnan – Les Vieux – Le Poète Mistral – Les Trois Messes basses – Les Oranges – En Camargue

Paul Arène

  • Jean-des-Figues (téléchargement gratuit pdf/Epub/Kindle ici)

Frédéric Mistral

  • Je chante une jeune fille de Provence, extrait de Mireille – tiré du livre Histoires de Provence – en provençal avec traduction française.
previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

 

Contexte historique

L’époque de Marcel Pagnol vue sous deux angles ; et d’abord l’école à la fin du XIXème siècle avec ses encriers, ses bouliers, ses pupitres. Ensuite, une promenade nous fait découvrir la ville de Toulon en 1935 avec ses joueurs de boules, ses rues ensoleillées et son port militaire.

L’école en 1900

Toulon en 1935-1939

 

Travail formel

  • Le récit autobiographique

Initiation au récit autobiographique, genre littéraire des Souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol, avec la courte vidéo ci-dessous et ce site.

 

  • Orthographe et ponctuation

Petite mise en situation pour travailler orthographe, ponctuation et traitement de texte “Lili te demande de corriger les fautes dans sa lettre et de la dactylographier pour l’envoyer à Marcel”. Une fois la lettre réécrite sur Word, à défaut de le taper à la machine à écrire, le Chameau a comparé sa version ci-dessous avec celle du site Coeur de Provence.

  • Écriture au porte-plume

Correction et écriture au porte-plume de la lettre d’adieu de Marcel à ses parents dans Le Château de ma mère – pages 74 et75 de notre édition Fortunio 2004.

  • Exercice de calcul

Passage tiré de La Gloire de mon père où Joseph, instituteur qui ne perd jamais un occasion se s’instruire, réfléchit à l’élaboration d’un problème pour le cours moyen (CM) : “Un chasseur qui possédait sept cent soixante grammes de plomb, a pu fondre vingt-quatre balles pour son fusil. Sachant que le poids de l’ancienne livre est de quatre cent quatre-vingts grammes et que le chiffre représentant le calibre représente aussi le nombre de balles que l’on peut faire pour son arme avec une livre de plomb, quel est le calibre de son fusil ?” – page 141 de notre édition Fortunio 2004. J’ai proposé au Chameau de faire cet exercice dont la formulation est similaire aux problèmes de calcul de ses cours par correspondance de cm2 (5ème primaire) Cefop – La Gloire de mon père faisant d’ailleurs l’objet d’exercices de lecture, de compréhension de texte et d’écriture dans les premières semaines de ses cours cette année, une heureuse coïncidence !

 

Films et Musique

  • 🎬 Septième art

Lorsque les adaptions cinématographiques sont aussi émouvantes, sublimes, que les romans dont elles sont tirées, ça donne des chefs d’oeuvre que l’on ne présente plus. Pagnol ne les a pas vues, les aurait-il aimées ? Pour ma part, j’ai toujours autant de plaisir à les voir, les enfants ont été captivés du début à la fin.

Extrait de La Gloire de mon père

Bande-annonce Le Château de ma mère

Un enchantement dès les premières secondes grâce aussi à la musique de Vladimir Cosma qui, dans cette entrevue, explique d’où lui est venue l’inspiration pour le titre principal Habanera de La gloire de mon père.
Cosma, ce génie qui composa Habanera

BO de La gloire de mon père – BO du Château de ma mère

  • Au piano 🎼🎶

Le Chameau au piano, non pas pour une pièce de Cosma mais avec Une crèche en Provence, Noël provençal de Mr l’abbé Millou – c’est dire s’il était temps que je publie l’article ! La pièce de musique est accompagnée d’un chant provençal ; le mari d’une lectrice abonnée à notre page Facebook, professeur d’occitan et docteur en linguistique, nous a lu les textes et donné quelques explications. Un grand merci 💛

Une crèche en Provence au piano

 

La Provence, petites leçons de choses

Nous avons emprunté un livre documentaire à la bibliothèque : Copains de la Provence, un très beau livre complet de 213 pages, enrichi d’illustrations et de photos.

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

Et évidemment, nous avons regardé le reportage de Fred et Jamie en Provence.
C’est pas sorcier, la Provence

  • Promenade en Provence

Mes enfants se chamaillent souvent pour “se promener avec le bonhomme Google Map”. Ils se sont donc virtuellement baladés en Provence ; Marseille, Aubagne, Toulon, Solliès-Toucas, Cuers, Grâce, Artigues, Cotignac, Entrecasteaux, Pontève, ou encore ci-dessous à La Roquebrussanne. Un vrai dépaysement !

  • La lavande

La lavande, nous en avons aussi au Québec. C’est à La maison lavande que nous sommes allés passer l’après-midi dans les champs odorants, des souvenirs réchauffants alors que nous sommes dans le “gros de l’hiver”. Les enfants y ont appris comment fabriquer de l’huile essentielle de lavande, quelles sont les différentes espèces de lavande et leur mode de culture.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Crapaud Chameau (@crapaudchameau) le

  • Les tournesols

Magnifique visite à la Ferme Champy, au programme : labyrinthe dans les champs de tournesols, diffusion d’un reportage dans la ferme et visite des ateliers avec le propriétaire fort sympathique qui nous a fait une démonstration de production d’huile de tournesols, depuis la récolte jusqu’à la mise en bouteille. Une belle sortie pédagogique à petit prix, possible seulement une semaine dans l’année, plus d’infos ici.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Crapaud Chameau (@crapaudchameau) le

  • Le “grosibou”

Le grand-duc, locataire de la grotte sous le Taoumé, animal qui a injustement effrayé Marcel et Lili durant l’orage, ne devait pas garder mauvaise réputation auprès du Crapaud et du Chameau. Je les ai emmenés au site Chouette à voir de l’Uqrop (Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie) où ils ont eu tout le loisir d’approcher et d’observer un magnifique grand-duc, d’autres hiboux, des chouettes (dont une chouette lapone en résidence permanente sur le site car ayant une aile en moins, elle ne peut plus voler), des aigles d’Amérique, des urubus…

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider
  • Le savon de Marseille

Nous sommes allés dans cette petite boutique tenue par un marseillais venu se perdre dans la neige montréalaise et y avons acheté un torchon brodé, un gros savon de Marseille et quelques sachets de lavande séchée. En introduction à un atelier de fabrication de pains de savon avec ce kit (les graines sur la photo sont des particules de noyaux d’abricot de savons exfoliants), nous avons suivi la leçon sur le savon de notre exemplaire Petites leçons de choses. Pour terminer la leçon, les enfants ont regardé le reportage C’est pas sorcier, la lessive.

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

 

Saveurs de Provence

  • Un colis plein d’amitié

Tenir un blog non monnayable n’est pas sans retour. Je vous ai vous, lecteurs et surtout lectrices, et la joie que me procurent vos messages, vos commentaires, vos “j’aime”. J’ai aussi développé une intimité avec certaines lectrices fidèles. Le monde du blogging francophone en IEF est petit, les bloggeuses communiquent entre elles, s’encouragent. Il arrive que nous tissions des liens durables. J’ai la chance de compter parmi mes amies quelques-unes de ces femmes qui m’inspirent, qui vous inspirent aussi. L’une d’elles habite dans le Var et, apprenant que vous étudiions la Provence, nous a envoyé un colis rempli de délices et de surprises.

  • Noël provençal

À la Sainte-Barbe, le 4 décembre soit 20 jours avant le réveillon de Noël, nous avons mis des lentilles à germer. Il s’agit d’une tradition de Noël provençale, plus souvent faite avec du blé et dont vous trouverez les explications sur ce site dédié à la Provence.

Une des traditions calendales de Provence, c’est la pastorale des santons de Provence, pastorale qui vient du mot “pastre” – le berger en provençal. À la bibliothèque, nous avons trouvé le livre-CD de la version ci-dessous racontée par Michel Galabru et l’avons écoutée la semaine avant Noël.

Ah les treize desserts provençaux, voilà pourquoi je souhaitais terminer l’étude à Noël ! Nous n’avons pas respecté la tradition à la lettre, vous le savez le Crapaud était hospitalisé jusqu’à la veille du réveillon, je n’ai pas pu acheter et faire tout ce qu’il fallait comme le veut la tradition. Les 13 desserts rappellent la Cène, le dernier repas du Christ pris avec les douze apôtres.

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

D’abord la pompe à huile que je n’ai pas faite, puis la fougasse rompue, ensuite les fruits secs dont la couleur rappelle les quatre ordres religieux mendiants (noisettes pour les Augustins, amandes pour les Carmélites, figues sèches pour les Franciscains et raisins secs pour les Dominicains), puis le nougat blanc que le Chameau a fait en grande quantité avec son papa et a tout vendu au marché de Noël de notre coop d’école-maison – heureusement nous en avions mis un peu de côté (je n’ai pas acheté de nougat noir), des dattes qui rappellent le désert, des pistaches, des fruits frais (raisins, pommes et mandarines) et deux desserts traditionnels que les enfants ont faits ; les délicieux brassadeaux dont vous trouverez la recette que nous avons testée (1 cuillère à café d’eau de fleur d’oranger suffit) et la jausiereine, entre la tarte et le gâteau, une spécialité de Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence) que je ne connaissais pas. Vraiment je vous recommande cette recette, nous l’avons testée avec de la confiture de bleuets que le papa des enfants avait faite le matin même. S’il vous reste des rognures de pâte, faites-en une boule, abaissez-la en rectangle et parsemez de chocolat noir et de noisettes concassées, roulez et faites cuire à 180dC une vingtaine de minutes selon votre four, un régal ! La pâte découpée en cœurs badigeonnés de jaune d’œuf, cœurs ensuite poudrés de sucre vous donneront des Petits Coeurs Belin nature de notre enfance.

  • Goûter provençal

Avec deux autres familles en IEF, nous avons fait un goûter provençal pour les enfants et pour les mamans, quoique les papas aient eux aussi eu le plaisir d’y goûter étant donné la quantité de bonnes choses que chacune a faites.

Mon amie qui recevait pour ce goûter avait fait une belle couronne des rois, étant française du Sud-Ouest, et avait acheté pommes et mandarines. L’autre maman avait fait une délicieuse fougasse nature, des pompes à huile – ses premières, une réussite – et apporté marrons glacés et confiture de marrons. Nous avions, avec le Chameau, fait un gâteau mousseline aux zestes de citron et à la confiture d’abricots, et une infusion glacée de verveine et de citron. Nous avions apporté des châtaignes grillées, des calissons, du melon, du nougat en format individuel et du vin rouge pour faire du vin chaud (pas vraiment provençal mais bon, les mamans se font fait plaisir). Nous avons passé une belle après-midi et je pense qu’à chaque grande étude, nous ferons un goûter thématique avec des amis !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Crapaud Chameau (@crapaudchameau) le


Un poème, deux voix

Les études thématiques ne sont pas réservées exclusivement à un seul des enfants. Chaque membre de la famille est plus ou moins impliqué, le papa y compris. Le Crapaud n’est pas en reste, il participe par les lectures offertes, les sorties et les activités, en plus des sujets que je lui réserve. La preuve s’il en fallait une, il a appris un poème sur la Provence avec sa sœur. Pour la première fois sur le blog, je vous présente une coproduction du Crapaud et du Chameau, de leur initiative :

C’était sur un chemin crayeux
Extrait des Contrerimes, Paul-Jean Toulet – Histoires de Provence
*Châte : nom, à Marseille, des chalands, sorte de grands bateaux (source).

 

Puzzle de 1000 pièces

Vous le savez, depuis l’étude sur Anne… la maison aux pignons verts, nous avons pris goût aux puzzles. Cette fois, nous nous sommes lancés un défi : faire ce puzzle de 1.000 pièces en noir, blanc et gris ; la photo d’un petit garçon à vélo avec son grand-père sur une route de Provence bordée de platanes en 1955. Ce petit garçon aurait pu être mon père qui avait sept ans à l’été 55 dans le Var, c’était émouvant de voir mes petits franco-canadiens assembler ce puzzle et poser des questions sur leurs origines et l’enfance de leur papy.

Puzzle La Provence d'antan - crapaud-chameau.com

La Provence d'antan - Puzzle La Provence d'antan

 

Lapbook sur la Provence d’antan

Autre défi pour le Chameau et moi : créer un lapbook en forme de bastide et qui “tienne” tout seul style paper house, l’occasion de travailler la géométrie. Le lapbook est fait d’une seule feuille de papier cartonné, il a fallu faire plusieurs plans et calculs pour trouver comment créer ce lapbook avec un toit pliant. Matériel utilisé : grande feuille de papier cartonné brun orangé, une feuille cartonnée format classique bleue et une autre rouge, plus un mini reste de feuille marron pour la porte, crayon de bois, grande règle, paire de ciseaux, colle à gogo, imprimante pour les résumés, titres, images…, crayons de couleur, compas pour l’arrondi des fenêtres et des volets, agrafeuse pour le support botanique/musique, et beaucoup d’imagination et de patience !

J’ai laissé le Chameau toute seule devant la caméra pour vous présenter son lapbook sur la Provence d’antan en vidéo, bloopers inclus !

Quelques photos du lapbook sur la Provence d’antan :

previous arrow
next arrow
Slider

 

Voilà une chouette étude thématique terminée qui nous a fait voyager dans ce si joli coin de pays français qu’est la Provence. Les enfants en ont profité pour “enrichir” leur vocabulaire de quelques mots provençaux que la bienséance m’empêche de vous répéter. Nous avons d’autres études en cours, le Crapaud en termine une dans les prochains jours et promis, je la publierai fin février / début mars. En attendant, je vous souhaite de beaux moments familiaux d’apprentissage. D’ailleurs, comment ça se passe en ce moment votre école-maison ?

Lapbook La Provence d'antan copyright crapaud-chameau.com

8 commentaires

  • tiphaine
    23 février 2019 à 22 h 26 min

    quel beau projet! Je suis ravie car je voulais justement commencer la gloire de mon père avec mes enfants. Je cherche surtout des livres en français qui parlent de la France un peu traditionnelle, mon grand avait lu “au pays bleu” d’Edouard Jauffret comme lecture suivie en CE1. ça lui avait beaucoup plu.
    Je ne suis pas du tout du coin de la provence, je ne suis jamais allée dans le sud audelà d’un bref passage en voiture à l’occasion, et pourtant je trouve cet article très émouvant. Et ça donne plein d’idées! Bravo pour tout ce travail en famille! j’espère que vous pourrez y aller en vrai un jour.

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      24 février 2019 à 13 h 11 min

      Bonjour Tiphaine, merci pour ce commentaire.
      Ma fille aussi avait bien aimé “Au pays du rêve bleu” ainsi que “Picouic et Tigrelin” dans le style manuels.
      Je ne sais pas si nous pourrons aller en Provence mais je crois bien que nous irons en France en 2019-2020. La famille est tellement éparpillée, sans compter les amis, il faudrait faire le tour du pays pour voir tout le monde ! J’ai fait une petite liste de livres sur la France “traditionnelle”, je peux te donner quelques pistes : La Grande Île de Signol pour la Dordogne, L’école buissonnière de Vanier pour la Loire (le personnage principal est un petit garçon qui porte le même prénom que mon fils, du coup le livre fera l’objet d’une étude, en plus la Loire, ah que de choses à apprendre et à découvrir !). En faisant des recherches, j’ai découvert des pépites littéraires pour une future étude thématique pour ma fille, sur le Nord-Pas-de-Calais (là où se trouve le plus gros de ma famille). Je suis même surprise que ces oeuvres ne m’aient pas été suggérées à l’école lorsque j’étais enfant. Tu es originaire de quel coin de France ? Ah tu vois, je m’enflamme. C’est que ça me fait tellement de bien de garder ce lien avec la France, ça me rappelle mon enfance et mes enfants ont besoin de ce contact, eux étant enfants d’immigrés.
      Au grand plaisir de te lire !

      Répondre
  • Emmanuelle
    18 février 2019 à 7 h 47 min

    Genial comme d’habitude!!!
    Toutes vos études thématiques sont très enrichissantes.
    Bravo à Marie et au petit Paul pour sa récitation, il est trop chou

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      19 février 2019 à 13 h 44 min

      Merci pour eux Emmanuelle !

      Répondre
  • Domitille
    11 février 2019 à 15 h 53 min

    Coucou Julie !

    Je me réjouis une nouvelle fois de te lire avec ce thème si richement abordé. Que de bonnes idées tu nous donnes ! Je trouve cela merveilleux que d’exploiter ces thèmes en famille.
    Bravo à vous tous !

    Au plaisir de te lire fin février – début mars 🙂

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      11 février 2019 à 17 h 59 min

      Bonjour Domitille,
      Merci pour ce commentaire et ta fidélité au blog.
      À très bientôt et plein de bisous aux petites !

      Répondre
  • Tiphanya
    5 février 2019 à 9 h 21 min

    à la lecture de ton commentaire sur mon blog, Nine a voulu jeter un oeil à ton blog. J’aurai du le faire depuis longtemps car elle veut essayer de faire un lapbook (même si elle pense qu’elle ne fera jamais rien d’aussi beau que le votre sur la Provence), lire Sherlock Holmes de toute urgence et faire un goûter spécial BGG (j’avais complètement oublié ton article lors de notre propre lecture du roman).
    Dans notre région, les enfants en IEF sont plus jeunes qu’elle et elle a donc parfois du mal à imaginer ce que l’on peut faire, comme si mes idées étaient saugrenues et que personne d’autre n’irait jamais faire de telles choses. Là, à regarder quelques vidéos avec tes enfants et vos véritables réalisations, elle a eu de nombreuses idées et envies. On a même commandé un numéro de tetras livre (sur Maurice Leblanc).
    Alors encore une fois merci de tes partages, qui sont toujours aussi inspirants.

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      5 février 2019 à 14 h 44 min

      Oh ça me touche, je suis ravie de savoir que le blog donne des idées à Nine. Nous préparons les douceurs, merci pour le courriel. Je suis bien contente et j’ai déjà hâte de lire l’article qu’elle en fera. À très vite !

      Répondre

🐸 J'aime vous lire, commentez ! 🐫