Cadeaux / CM1-CM2 (4 - 5ème)

Tous les Acadiens, toutes les Acadiennes… l’Acadie du XVIIème astheure

astheure : à maintenant – “à c’t’heure”

L’Acadie, exemple de loyauté, de courage et de détermination

“L’Acadie est devenue un pays sans frontière, à perte de vue, un territoire imaginaire que chacun porte en son cœur comme une vérité profonde, palpable, battant au rythme de son cœur, sur un air de violon emporté avec soi, sauvé par miracle de la déportation. Si l’on avait brûlé les maisons, décimé les troupeaux, essayé par tous les moyens imaginables d’effacer la mémoire du fait français en Amérique en déportant ces Acadiens refusant de porter le serment d’allégeance, jamais l’on ne réussit à disperser la mémoire comme les cendres emportées par les vents d’autrements.”

Sylvain Rivière, Contes, légendes et récits de l’Acadie

Je vous le dis très humblement : avant notre séjour à l’Île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard) l’été dernier – vous vous rappelez l’étude sur Anne… la maison aux pignons verts je n’avais que très peu de connaissances sur l’Acadie en dehors d’une mélodie de Michel Fugain d’où le titre donné à l’article. Enfant scolarisée en France, je n’ai étudié ni le Québec, ni l’Acadie. L’été dernier, j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire des Acadiens, je l’ai mise au programme de notre école à la maison cet été avec un séjour dans la capitale acadienne, Caraquet (prononcez “caraquette”). Je m’amendais ainsi de mon manque de culture et gravais dans mon cœur d’expat française au Canada un lien avec ce peuple extraordinaire du passé, et toujours bien vivant.

Acadie Marie et Paul copyright crapaud-chameau.com

Le Chameau et le Crapaud en Acadiens du XIXème

 

Qu’est-ce que l’Acadie, qui sont les Acadiens ?

Si c’est au milieu du XVIème siècle que débuta la première tentative d’établissement français en Nouvelle-France, c’est au début du XVIIème siècle que des français s’établirent à Port-Royal, en Acadie. L’origine de ce nom Acadie n’est pas tout à fait claire : elle viendrait de l’explorateur Giovanni de Verrazano (1524) ou bien de l’expression amérindienne “Quoddy” qui veut dire terre fertile en langue malécite (les Malécites) ou “Algatig”, lieu de campement en micmac (les Mi’kmaqs), deux peuples autochtones avec lesquels les colons français vécurent en bonne entente et s’allièrent contre les Anglais.

L'Acadie en 1754

Carte Wikipédia – L’Acadie en 1754

Pour la suite, je reprends les écrits de Sylvain Rivière, Contes, légende et récits de l’Acadie, déjà cité en introduction : “C’est en 1629 que le gouvernement anglais change le nom Acadie pour Nouvelle-Écosse en y installant des colons écossais. Dès le début, l’Acadie est tiraillée par d’interminables confrontations entre la France, la mère patrie, et l’Angleterre qui veut arracher aux Français ces “terres parmi les plus riches du monde”. (…) Les Anglais lancent à l’assaut de l’Acadie des flottes de navires et de soldats parés à toute éventualité et décident de déporter définitivement les Acadiens aux quatre coins du monde. Si on croit se débarrasser alors de l’Acadie, c’est bien mal connaître le caractère d’acier trempé des Acadiens qui en ont vu d’autres. Cette dispersion, loin de faire disparaître le peuple acadien, va le renforcer en créant des petites Cadies au quatre coins du monde. (..) Peu à peu bon nombre rentra au pays, mais se dirigea surtout du côté du Nouveau-Brunswick. (…) Voilà pourquoi l’on retrouve encore aujourd’hui des Acadiens aux quatre coins cardinaux.”

Qui sont le Acadiens ?

Le passé acadien est étroitement lié au passé québécois, celui de la Nouvelle-France. Cependant les deux sont distincts : les colonies vivaient éloignées les unes des autres ; au fil des décennies puis des siècles, elles ont développé une histoire, une identité et une culture différentes. Et c’est dès le traité d’Utrecht en 1713 que les Anglais portèrent un coup terrible à l’Acadie : celui du Grand Dérangement (1749/1820), dont la déportation de 12.000 Acadiens de l’Acadie (Nouvelle-Écosse), de l’Île Saint-Jean (IPE) et de l’Île Royale (Île du Cap-Breton) entre 1755 et 1763, et dont 8.000 moururent des conditions épouvantables de la déportation. Je vous recommande de visionner la courte vidéo suivante :

La déportation des Acadiens

 

L’Acadie par les livres et le théâtre

Nous avons débuté l’étude thématique avant le séjour à Caraquet avec ces livres : Jacou d’AcadieJoseph Broussard dit Beausoleil – Résistant acadienLa patate cadeau ou la “vraie” histoire de la poutine râpéeContes, légendes et récits de l’Acadie (quelques 800 pages je l’ai lues pour ma culture perso et ai lu des passages aux enfants), Cher Journal : Adieu, ma patrie Angélique Richard fille d’AcadieÉvangéline, récits pour jeunes lecteurs, et Évangéline, un conte d’Acadie (je vous parle d’Évangéline en détail dans une autre partie, plus bas).

L'Acadie livres jeunesse

Sur place, que ce soit à la librairie de Caraquet ou celle de Shippagan, ou encore à la boutique du Village historique, nous nous sommes procuré quelques titres bien sympathiques : Le bateau fantôme de Miscou, La déportation des Acadiens, Les digues et les aboiteaux, L’Acadie en baratte, Les aventures de Winnyfred. De tous ces livres jeunesse, ceux que nous avons le plus aimés pour leur apport historique romancé sont : Jacou d’Acadie, Joseph Broussard dit Beausoleil, Cher Journal : Adieu, ma patrie Angélique Richard fille d’Acadie, La patate cadeau. Ces ouvrages s’apparentent à des living books, ils nous plongent au cœur de l’histoire des Acadiens, et comme dit le Crapaud, c’est “triste”. Oui, l’histoire de l’Acadie est triste, terrible. C’est aussi un témoignage fort d’espoir et de joie de vivre.

Acadie livres living books

En novembre, nous étions allés voir Petite Rochelle, une pièce de Pierre-André Bujold, Acadien de Gaspésie, du Théâtre de La Petite Marée. Il s’agit d’un conte historique et imaginaire qui retrace la colonisation, la déportation et le retour des Acadiens. Et si le fond est dramatique, poignant même, la forme est absolument hilarante. Le comédien seul sur scène avec son établi et ses cuillères ne manque ni d’énergie, ni d’humour. L’ensemble donne une pièce de théâtre géniale, riche de détails historiques. Mention pour le baptême à la poivrière !

Petite Rochelle

 

Village historique acadien, l’Histoire vivante

Nous quatre – enfants et adultes – sommes “tombés en amour” avec le Village historique acadien, tout près de Caraquet. Nous y avons passé trois jours extraordinaires, émouvants même. Le site est composé de bâtisses d’époque (de 1773 à 1944) qui ont été démontées depuis leur emplacement d’origine et reconstituées au village à l’identique, tel des puzzles géants. Du fermier au meunier, en passant par le tavernier, le tonnelier, le forgeron, l’imprimeur et bien d’autres, la vie du village y est méticuleusement reproduite dans ses moindres détails : bâtiments, meubles, accessoires, outils, ustensiles, costumes, potagers… Et s’il s’agit d’un travail remarquable, c’est surtout l’aspect humain qui touche le visiteur. Les animateurs vivent leur personnage de tout leur cœur. C’est profondément humain, vrai, bouleversant. Ils aiment ce qu’ils font, ils aiment ce qu’ils sont, ils connaissent leur histoire et la partagent avec générosité. Quel bel hommage à leurs aïeux d’Acadie que ce témoignage vivant et joyeux !

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

C’était presque cruel de devoir sortir du site et retrouver la vie du XXIème : le retour vers le futur a été déroutant et nous avons compris les personnes du site historique disant s’être trompées de siècle de naissance. Leur expérience de cette vie d’autrefois est certainement enjolivée et ce serait une erreur de penser que c’était forcément mieux avant. Mais nous avons de nombreuses leçons à tirer du passé dans notre époque de surconsommation, de technologies omniprésentes, et où l’on ne sait plus vivre avec les saisons, ou si peu.

 

Gastronomie acadienne du Nouveau-Brunswick

Vous le savez, j’aime bien donner du goût à nos études thématiques, et la gastronomie acadienne du N.-B. n’en manque pas ! Point de chichi ni de flafla, ici c’est de la cuisine rustique qui tient au corps. Et pour les bons coups de fourchette que nous sommes, enfin surtout moi, c’était un plaisir de découvrir ces plats qui rappellent ceux de nos grands-mères. Fricot (soupe au poulet) ; coques frites (ces petits coquillages blancs) ; homard : en guédille (sandwich mayo / lobster roll), en soupe (chaudrée), à la vapeur… ; morue et patates ; fayots au lard en sauce à la mélasse et biscuit chaud (entre le pain et le scone), pets-de-soeur (brioches à la cannelle), gâteau aux bleuets et sauce au beurre… nous avons fait bonne chère, même les enfants d’habitude difficiles.

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

La spécialité qu’il ne faut pas rater c’est la poutine râpée qui n’a rien à voir avec la poutine québécoise faite de frites, de sauce brune et de fromage en grains. La poutine râpée, ce sont des boules de purée de pommes de terre et de pommes de terre râpées que l’on farcit d’une boulette de porc haché, et que l’on cuit ensuite plusieurs heures dans de l’eau bouillante. C’est très bon, d’ailleurs je compte en faire avec ma voisine de pallier… une Acadienne de Caraquet ! Bref, on s’est fait plaisir, surtout au restaurant du Village historique acadien où les serveuses travaillent en tenue de 1867.

 

Musée acadien de Caraquet

Le Musée acadien de Caraquet est certes un tout petit musée mais il présente de nombreux artefacts d’intérêt pour ceux qui souhaitent en savoir davantage sur l’histoire de la ville et de ses environs au XIXème et XXème siècles, et notamment l’histoire de la pêche au Nord du N.-B.

Acadie, musée de Caraquet

 

Evangéline, conte d’Acadie

Le plus célèbre texte sur l’Acadie, ses souffrances et ses espoirs, a été écrit par un poète américain, Henry Wadsworth Longfellow né en 1807 qui n’a jamais mis les pieds en Acadie (Nouvelle-Écosse). Professeur, traducteur et poète, Longfellow s’est inspiré d’une histoire racontée par deux de ses amis sur un couple de jeunes mariés Acadiens déchirés par la Déportation. Marqué par la fidélité, le courage, la patience et la piété de la jeune femme, il s’en est inspiré pour écrire “Evangeline, A Tale of Acadie”. En 1867, le journal Le Moniteur acadien, dont vous avez la photo dans la partie sur le Village historique acadien et en fin d’article, publie une version française du conte sous forme de feuilleton. Vous pouvez consulter une édition française en prose (1872) en ligne ici.

L'Acadie Évangéline copyright crapaud-chameau.com

Le poème raconte l’histoire d’amour de Gabriel Lajeunesse et d’Évangéline Bellefontaine qui se connaissent depuis leur plus tendre enfance. Au soir de leurs fiançailles, c’est la catastrophe : les hommes du village sont rassemblés dans l’église et enfermés par les Anglais. Le village de Grand-Pré est déchiré, Évangéline perd son père qui meurt de chagrin et Gabriel, son fiancé déporté loin d’elle. Elle consacrera une bonne partie de sa vie à tenter de le retrouver puis finira par prendre l’habit de religieuse bien des années plus tard. C’est en soignant des malades de l’épidémie de variole dans un hôpital, qu’Évangéline retrouvera Gabriel en vieillard mourant, son amour de toujours qu’elle a tant cherché à travers l’Amérique du Nord. Le poème, divisé en deux parties, fait 130 pages dans notre édition . Le Chameau en a appris un extrait (elle grandit trop vite cette jolie demoiselle…) :

Évangéline, un conte d’Acadie (extrait) – par le Chameau

 

Puzzle “Ferme familiale”, un petit air d’Acadie d’antan

Nous avons débuté un puzzle de 1.000 pièces aux couleurs de l’automne qui rappelle le Village historique acadien. La reprise est un peu chaotique, nous manquons de temps pour avancer, je publierai une photo lorsqu’il sera terminé.

Puzzle Ferme d'antan

 

Les Acadiens, peuple fidèle à ses racines

Le drapeau national de l’Acadie reprend le drapeau tricolore de la mère-patrie. Une petite étoile dorée en haut de la bande bleue symbolise l’attachement profond des Acadiens à leur foi catholique. Cette étoile, Stella Maris “Étoile de la mer”, évoque et surtout invoque Notre-Dame de l’Assomption – la Vierge Marie, patronne des Acadiens. Ce drapeau a été adopté le 15 août (fête de l’Assomption et de l’Acadie) 1884, ce serait le plus vieil emblème d’un peuple francophone en Amérique du Nord. Le drapeau flotte à Caraquet devant presque chaque maison. En tant que Française, j’ai trouvé très émouvant de voir ce drapeau tricolore et étoilé si fièrement érigé. L’hymne acadien, adopté la même année que le drapeau national, est l’Ave Maris Stella “Salut étoile de la mer”, une prière en latin à la Vierge Marie qui n’a été adaptée en français pour l’Acadie qu’en 1994. En voici une interprétation :

Ave Maris Stella

Acadie, pierre tombale épitaphe, Sanctuaire Ste Anne du BocageDe cet héritage catholique, il reste de nombreuses petites églises dont la très colorée église Sainte-Cécile à Lamèque – peinte dans les années 60 par le curé de l’époque, la lumineuse église Saint-Simon, le Sanctuaire Dina Bélanger et le Sanctuaire Sainte Anne du Bocage à Caraquet.

Le sanctuaire est bien sûr un lieu de prière et de recueillement où nous avons assisté à une messe chaleureuse donnée par le Père Ronaldo. C’est aussi un lieu de mémoire de la déportation des Acadiens. En photo ci-contre, la pierre tombale d’un Acadien décédé en 1793 “Souvenez-vous de ce qui nous est arrivé. La même chose vous arrivera. Ce fût hier notre tour, ce sera peut-être aujourd’hui le vôtre”.

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

 

L’Acadie du N.-B. aujourd’hui, reportage

Nous n’avons eu qu’une seule journée de mauvais temps durant nos vacances à Caraquet. Ce jour-là, nous avons regardé un reportage sur l’Acadie et avons eu le plaisir d’y reconnaître des lieux que nous avons visités et des personnes que nous avons rencontrées.

Échappées belles, l’Acadie

 

Le Nord du Nouveau-Brunswick, tourisme

Nos principales activités durant ces vacances ont été farniente sur les plages, lectures, feux de camp et visite de sites culturels. Nous étions dans un chalet au style épuré, au bord de la baie de Caraquet. L’un de nos meilleurs souvenirs est celui de magnifiques couchers de soleil. Et nous avons eu un coup de cœur pour la plage municipale de l’Île Miscou.

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

 

Notebook sur l’histoire des Acadiens

Vous attendiez le lapbook ? Surprise, il n’y en a pas pour cette étude ! Le Chameau a acheté un carnet de voyage dans une boutique de souvenirs à Caraquet et a trouvé que ce serait un chouette support pour faire un résumé de son séjour et de ce qu’elle a appris de cette étude sur les Acadiens.

Acadie Notebook

Avant de débuter son carnet, je lui ai demandé de faire un plan de ce qu’elle voulait y inscrire et d’établir un mini cahier de normes graphiques à suivre, comprenant : une palette de trois couleurs, deux à trois polices d’écriture, un style de dessin ; et de créer un personnage. Elle s’est tournée vers le style Kawaii et en a fait une Évangéline mignonne (Kawaii : “mignon” en japonais, Hello Kitty et Pikachu sont les deux personnages Kawaii les plus connus).

Acadie Notebook copyright crapaud-chameau.com

Ce carnet est un mélange de notebook et de travel journal dans lequel le Chameau a inscrit une foule d’informations : la ville de Caraquet (géographie), l’histoire des Acadiens (colonisation, incendie, déportation, retour, drapeau) et le Village historique acadien (histoire), le principe de l’aboiteau (sciences), le conte Évangéline (littérature), et des souvenirs de vacances (développement de la personne, culture générale). Ce notebook lui a demandé plus d’efforts et d’imagination que lorsqu’elle réalise un lapbook comme celui sur la Provence d’antan. Elle est contente de son travail et a hâte de le montrer à son futur inspecteur (!) – que l’on appelle ici “représentant du DEM” pour Département d’École-Maison. Et si c’est surtout le Chameau qui a travaillé sur ce thème, le Crapaud a appris énormément sur les Acadiens – tout comme le papa et moi !

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

Je vous montre quelques photos du notebook qui représente un joli condensé de cette étude. Parmi ces photos vous verrez Alphonse, notre dauphin gonflable. Les lecteurs qui nous suivent sur Instagram savent que nous l’avons perdu au large des côtes néo-brunswickoises lors de la marée montante. Merci à tous ceux qui nous ont envoyé une photo d’Alphonse ou du moins d’individus de son espèce aux quatre coins du monde, ça nous a bien fait rire !

 

Colis “À la découverte de l’Acadie”

À votre tour de découvrir ou de redécouvrir l’Acadie avec ce colis à gagner !

Acadie colis a gagner copyright crapaud-chameau.com

Colis sur l’Acadie

De Caraquet, nous sommes revenus les mains pleines spécialement pour l’un ou l’une d’entre vous :

  • des livres : L’Acadie en baratte, La patate cadeau (avec la recette de la fameuse poutine râpée), Le bateau fantôme de Miscou, Évangéline – le conte illustré pour jeunes lecteurs, La Déportation des Acadiens et Les digues et aboiteaux – deux livrets en français et en anglais, et Arthur le siffleux – une histoire écrite par l’un des taverniers du Village historique acadien que nous avons eu la joie de rencontrer,
  • le même carnet de voyage Acadie que le Chameau a utilisé pour son notebook,
  • des cartes, des autocollants, des graines de fleurs et une maquette de crabe en bois à assembler,
  • une toupie à planche faite main aux couleurs de l’Acadie et un clou à tête de diamant de la forge du Village historique acadien,
  • une pipe à la réglisse et un chewing-gum en cigare du magasin général du Village historique acadien.

Pour participer, il vous suffit d’aimer et de commenter l’article sur la page Facebook de Crapaud Chameau avec un petit mot, par exemple si vous connaissez l’histoire des Acadiens, ce que vous avez aimé dans cette étude ou un petit message d’encouragement pour le Chameau, et en précisant que vous participez au tirage.

Vous pouvez participer quelque soit votre pays, je demande simplement de vous assurer que le colis profite à un ou des enfants en âge de s’intéresser à l’histoire des Acadiens. Les inscriptions se terminent le dimanche 3 novembre 2019 à minuit, heure de Montréal. Le Chameau procédera au tirage au sort le lundi 4 novembre et le gagnant sera annoncé en commentaire sous la publication Facebook de l’article et par message privé sur Messenger. Sans réponse du gagnant dans les 3 jours, le Chameau procédera à un nouveau tirage.

 

En conclusion…

J’ai emporté une petite étincelle de l’étoile du drapeau tricolore acadien qui brille maintenant dans mon cœur. Cette étude nous a remués, mon conjoint et moi, deux expatriés plus vraiment français et pas tout à fait canadiens. J’espère que ce modeste article contribuera à faire davantage connaître l’histoire acadienne et je remercie sincèrement les Acadiens de Caraquet et du Village historique acadien pour leur accueil et leur générosité. C’est lorsque nous faisons des études aussi riches humainement que je mesure à quel point l’instruction en famille est une expérience formidable.

Acadie - Village historique acadien Le moniteur acadien copyright crapaud-chameau.com

 

Bonne chance pour le tirage et au plaisir de vous retrouver prochainement avec un article sur la dernière étude du Crapaud !

8 commentaires

  • tiphaine Lamb
    13 décembre 2019 à 20 h 05 min

    Je vais devoir revenir lire plus en détail la suite mais quel sujet passionnant! Je suis allée à la Rochelle avant de venir habiter aux USA et j’y ai acheté… un livre sur les acadiens exilés de la Rochelle! je vais voir si je l’ai apporté ici ou laissé en France..
    Aussi je connaissais cette triste histoire de la déportation, grâce à un excellent épisode de Thalassa sur les cajuns de Louisiane! à la base c’était un seul groupe.
    https://www.youtube.com/watch?v=Moy-vArJ0t8
    Mon mari est du Sud des USA, sa maman parlait cajun, je pense qu’on fera une étude sur le passé (et le présent) francophone de l’amérique . Merci mille fois pour toutes ces ressources, je n’ai pas eu le temps de tout visionner mais c’est super généreux de partager tout ce travail.

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      15 décembre 2019 à 21 h 07 min

      C’est un vrai plaisir de partager ces études Tiphaine. Malheureusement, je n’ai pas le temps de toutes les montrer.
      Oh tu as là un très beau sujet à exploiter avec les enfants ! Et peut-être qu’un fichier que je dois mettre en page t’intéressera bientôt.
      Sainte fête de Noel et au plaisir !

      Répondre
  • Domitille
    14 octobre 2019 à 14 h 48 min

    Un nouvel article passionnant et que je ne connaissais que très peu ! En effet, ce thème était fait pour vous !
    Je ne suis pas sur les réseaux sociaux, donc, ce sera un peu difficile pour moi de participer au concours. De plus, peut-être qu’Hélène est encore un peu jeune pour ce thème.
    Mais félicite Marie de ma part ! Quelle belle déclamation ! Et quelle belle demoiselle !

    A bientôt !

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      14 octobre 2019 à 15 h 50 min

      Merci pour elle Domitille. Bravo à toi de ne pas être sur les réseaux, pour moi c’est devenu un besoin dès le réveil… C’est trop envahissant, il va falloir que je recommence à me gendarmer.

      Répondre
  • Emmanuelle
    12 octobre 2019 à 4 h 19 min

    Super… Merci Julie.
    Nous allons de ce pas nous inscrire sur votre page Facebook.
    Merci pour votre générosité à chaque fois.

    Répondre
  • Audrey P.
    11 octobre 2019 à 14 h 45 min

    Je ne connaissais pas le conte, mais la chanson relatant la vie d’Evangeline… magnifique à en pleurer !
    Joli travail sur ce beau peuple !

    Répondre
  • Emmanuelle
    11 octobre 2019 à 5 h 29 min

    Magnifique !!!!
    J’attendais votre étude avec impatience…. Vous nous faites rêver après votre superbe étudee sur Anne….Celle-ci est tout aussi délicieuse….
    Bravo Marie…. Ton notebook est très beau . Tu as fait un travail remarquable.
    Pour ceux/celles qui ont déjà eu la chance de gagner à un de vos concours, peuvent-ils participer à nouveau? Où vous ne préférez pas ? 😊

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      11 octobre 2019 à 10 h 03 min

      Oui, bien sûr, tu peux participer Emmanuelle !
      Je transmets le mot à la grande 🙂

      Répondre

🐸 J'aime vous lire, commentez ! 🐫