Organisation et matériel

Quelques trucs pour bien débuter 🎉 l’instruction en famille

Comme toi, il y a 4 ans je débutais l’instruction en famille, l’école-maison comme on dit au Québec. Je ne savais plus où donner de la souris sur le net, j’étais excitée par l’aventure, stressée aussi de ne pas faire les choses correctement pour mon enfant, pour ma famille, pour moi, inquiète du regard que mon entourage poserait sur mon choix et perdue face à l’étendue des possibilités. Aujourd’hui permets-moi de te donner quelques trucs pour bien débuter l’instruction en famille en amie qui veut t’éviter les erreurs que j’ai faites.

trucs pour bien démarrer l'instruction en famille

D’abord, F-É-L-I-C-I-T-A-T-I-O-N d’avoir fait ce choix d’instruction en famille ! Il faut une bonne dose de courage pour prendre un autre chemin que celui emprunté par la grande majorité. Tu as accepté de mettre de côté ta carrière ou de retarder certains projets personnels pour vivre cette belle aventure qu’est l’instruction en famille. Toi tu sais que c’est la meilleure décision mais malheureusement beaucoup de personnes voient encore ce choix d’un mauvais œil. Tu auras probablement droit à des remarques, peut-être de la part de ta famille ou d’amis que tu risques de perdre. La bonne nouvelle c’est qu’il est très possible que ces gens changent d’avis par la suite. Et puis tu te feras d’autres amis qui eux te soutiendront dans ton choix.

L’instruction en famille ça a l’air d’être fabuleux sur les blogs. Pourtant, il y a des hauts et des bas, comme pour tout. Presque toutes les mamans en instruction en famille que je fréquente – soit en vrai soit sur Internet – connaissent des périodes difficiles, moi la première. Fais-toi un aide-mémoire sur tes motivations à faire l’IEF, dans les moments difficiles ça te fera du bien de le relire et te donnera un coup de boost.

N’essaie pas de transformer ta maison en école, ni ton salon en salle de classe. Au début, tu auras peut-être l’impression de jouer à la maitresse, et puis après tu trouveras un équilibre et verras que tu es toujours la maman, pas la maitresse de tes enfants. Ton job, c’est d’allumer et d’entretenir la flamme. Il n’y a pas de comparaison entre l’apprentissage d’une vingtaine quand ce n’est pas une trentaine d’enfants dans une salle avec un adulte, et celui de quelques enfants chez eux avec leur parent. Et surtout, essaie de rendre ton instruction amusante ou attrayante quand la notion n’est pas fun (la grammaire par exemple), c’est une des clés de la réussite de ton aventure !

Renseigne-toi sur la loi sur l’instruction de ton pays et sur les modalités de déclaration et de suivi, et discutes-en sur les réseaux sociaux. Ça t’aidera à bien t’organiser à l’avance ; deuxième clé de la réussite : l’organisation et la prévoyance. Quelle que soit la formule que tu choisiras (cours par correspondance, programme fait maison avec des manuels, curriculum trouvé sur le net, unschooling…), garde précieusement des traces de ce que tu fais avec tes enfants (travaux, devoirs, sorties, liste d’emprunts à la bibliothèque…). Éventuellement, rapproche-toi de groupes de défenses de l’IEF de chez toi, ils sont de bons conseils (au Québec : HSLDA, AQED, ACPEQ).

Fixe-toi des objectifs raisonnables en début d’année, par exemple en faisant une wish-to-do list. Ça t’aidera à garder le cap et à relativiser en cas de pépin.

Essaie de trouver des familles en instruction à domicile près de chez toi. Le net c’est bien, en vrai c’est mieux. Tes enfants seront ravis de se faire des amis disponibles en journée, des enfants “comme eux”, et toi tu seras heureuse de discuter avec des adultes ayant fait le même choix que toi. C’est essentiel pour ton équilibre émotionnel : troisième clé ! On parle souvent de la socialisation des enfants, on oublie de parler du risque d’isolement du parent en IEF.

N’achète pas un tas de trucs à l’avance. Tu verras au fur et à mesure ce qu’il te faut et ce qui plait à tes enfants. L’aspect financier est à prendre en compte : l’instruction en famille entraine des dépenses. Ce que tu aurais pu avoir gratuitement à l’école, il faudra que tu le paies de ta poche (activités, soutien pédagogique, manuels…).

Ne sois pas trop à cheval sur ta planification : l’apprentissage n’est pas linéaire, y’a des moments où ça ne passe pas. Profite des just because we can days imprévus pour changer d’air. La souplesse est une autre clé, avec la patience ! Et ça, crois-moi, c’est un vrai défi pour moi qui aime que ça aille vite et qui n’aime pas trop le changement.

Pour finir, ne te compare pas à ce qui est montré sur les blogs. Tu n’as pas à être parfaite ni diplômée pour enseigner à tes enfants. Ne t’oublie pas non plus, faire l’IEF ce n’est pas un sacerdoce. Garde ta vie de femme et prends du temps pour faire autre chose.

l'aventure d'école à la maison commence

 

Je te souhaite une très belle nouvelle aventure !

Julie Crapaud Chameau

*Messieurs l’article vaut pour vous aussi : les papas-enseignants à la maison sont plus rares et tout aussi admirables.

6 commentaires

  • Emilie
    14 février 2020 à 11 h 51 min

    Bonjour ! J’ai découvert ton blog en cherchant des infos sur l’enseignement à la maison. Nous sommes depuis 2 ans à Montréal et notre fille à 3 et demi et j’aurai aimé lui faire suivre le programme scolaire français de la maternelle. Malheureusement, je n’ai pas trouvé dans mes recherches les infos peut très pourras tu me renseigner si toi aussi tu es passée par là ! Belle journée!

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      18 février 2020 à 20 h 32 min

      Bonjour Emilie,
      Je n’ai pas vraiment fait de Maternelle à part quelques petits cahiers et activités. Ma fille a débuté son cp à 5 ans car elle était prête (avec les cours Ker Lann). J’avais essayé La boite à bons-points avec le Crapaud mais ça n’a pas été un succès. Étant donné que l’obligation d’instruction ne débute “qu’à” 6 ans au Québec, tu es libre de faire comme tu le veux. Avec des petits bouts, ce que je préfère c’est lire de belles histoires, les faire participer aux activités familiales, sortir, sauter dans la gadoue et la neige, jouer avec de la pâte à modeler… Renaud-Bray dispose d’une belle collection de petits cahiers Boscher des éditions Belin. Tu pourrais introduire la lecture avec la méthode des Alphas (qui n’a pas fonctionné avec le Crapaud mais dont j’ai entendu du bien). Et bien sûr, j’ai plusieurs fichiers de Maternelle sur le site en téléchargement. Voilà quelques pistes.
      Bon succès dans cette aventure !

      Répondre
  • tiphaine
    18 juillet 2018 à 19 h 44 min

    Excellent!
    j’ai du mal à croire que j’entamme ma troisième année d’IEF. que ça passe vite!
    Je plussoie absolument sur la wish to do list, c’est vraiment une belle façon de prévoir l’année et de se fixer des objectifs.

    POur ma part j’ai résolu pas mal de soucis en supprimant les réseaux sociaux. Je préfère laisser des commentaires directement sur les blogs, ça me semble avoir plus de poids qu’un “like.” et mine de rien ça réduit énormément les envies d’achat. Je n’ai pas un gros budget et j’avais tout le temps l’impression qu’il me fallait tel ou tel livre pour m’améliorer, maintenant je fais avec ce que j’ai ou je lis des avis, je considère sérieusement nos besoins pendant plusieurs mois avant de me lancer dans un achat.

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      20 juillet 2018 à 10 h 53 min

      Bonjour Tiphaine,
      Je suis entièrement d’accord et c’est vrai qu’en tant que bloggeur, je préfère avoir des commentaires sur le blog que sur les réseaux, à long terme ça profite aussi aux lecteurs.
      Moi aussi j’ai réduit mes activités sur les réseaux, ça prend beaucoup de temps sur le reste. Et c’est une grosse source de tentation, tu mets les doigt dessus. Alors que pour faire l’IEF, nous n’avons pas besoin de tant de choses que ça, n’est-ce pas ?
      J’ajoute immédiatement ton blog à ma liste de préférés ! Je vois que nous avons plusieurs points communs.
      À très bientôt !

      Répondre
  • Domitille
    18 juillet 2018 à 12 h 56 min

    Merci Julie pour cet article ! Cela fait toujours du bien de recommencer une nouvelle année sur de bonnes bases 🙂 Et les vacances sont un vrai temps de ressourcement. J’ai terminé cette année en retard et très fatiguée. Je dirais même plus, peut-être un peu découragée par cette première année d’IEF….Mais je tiens à rebondir et à faire mieux l’année prochaine ! Il faut que je pense plus à moi et arriver à mieux jongler avec les humeurs de ma fille (qui n’est pas toujours très disciplinée …)
    Je sais que cela prend du temps d’alimenter un blog, mais merci pour tes articles qui sont toujours de super qualité ! A bientôt et bonnes vacances !

    Répondre
    • Crapaud Chameau
      18 juillet 2018 à 16 h 38 min

      Merci Domitille, j’ai bien hâte de partir en vacances !
      Le Chameau est malade en ce moment, on reste encabanés pour quelques jours encore.
      Passe de très belles vacances et bon repos 🙂

      Répondre

🐸 J'aime vous lire, commentez ! 🐫